Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 16:30

Pour faire simple, j'ai presque vu plus de bons films ce mois-ci que sur toute l'année 2012.  Mars 2013, un très joli mois pour le cinéma. Très peu de déceptions, beaucoup de bonnes surprises. Si ça pouvait être tout le temps comme ça...

Les films vus : 20 ans d'écart, Hansel & Gretel : Witch Hunters, Spring Breakers, The Sessions, Le Monde fantastique d'Oz , Cloud Atlas, 40 ans : mode d'emploi , The Place Beyond the Pines, Warm Bodies, Jack le chasseur de géants, G.I. Joe : Conspiration, Une chanson pour ma mère, Stories we tell, Samsara.

Les films manqués ce mois-ci avec quelques regrets : No, À la merveille, Jappeloup, Mystery, Les Amants passagers.



Le film du mois

 

20314553.jpg

 

Synopsis : Tourné dans 25 pays, durant 5 ans, “Samsara” explore les merveilles de notre monde. C’est un voyage extraordinaire, une méditation sans paroles.  

 

Samsara est un court documentaire (1h40), fruit d'un boulot long de 5 ans. 5 années durant lesquelles son papa Ron Fricke a parcouru le globe, capturé ces images plus belles les unes que les autres puis s'est enfermé dans une salle de montage pour n'en garder que quelques unes.

 

J'ai mis un peu de temps à rentrer dans Samsara, je savourais les images mais je ne comprenais pas vraiment le sens de tout ça, le lien entre elles. Qu'est-ce qu'on essayait de nous dire ? Et puis le film avançant, j'ai compris. Le message puissant, universel, à la fois si beau et si terrible. J'ai pleuré un demi litre de larmes.

 

Certains reprochent au film son manque d'explications (aucun sous-titres ou commentaires). C'est justement ce qui fait la force de ce "documentaire" hors normes, qui se passe de mots pour en venir à l'essentiel.

 

Le message est difficile. Je suis sortie chamboulée, réellement attristée. Samsara ne fait pourtant que nous montrer des choses qu'on sait mais qu'on préfère mettre de côté pour pouvoir poursuivre sa petite vie. Samsara nous remet à notre place.

 

Parmi toutes les images bouleversantes du film, celles qui m'ont le plus touchée, sont ces moines qui détruisent la fresque qu'ils ont mis des jours à réaliser, après l'avoir comtemplée quelques minutes. Une belle métaphore de l'être humain pour un film immanquable.

 


Le ratage du mois

 

20425220

 

Aaaaah la comédie française. Même si je lui fais quelques infidélités de temps en temps, la place du plus gros ratage du mois lui va si bien... J'y reviens ce mois-ci avec le catastrophique Une chanson pour ma mère.

 

Vous vous dites que cette affiche, ce scénario et ce casting ne sont pas franchement tentants ? Vous avez raison. Et puis vous réfléchissez deux secondes en repensant à la petite bonne surprise que fut Jean-Philippe il y a quelques années et vous vous dites que si Dave joue sur l'autodérision ça pourrait éventuellement être fun (rapidement hein mais tout de même un peu).

 

Comme quoi, il faut se fier à sa première impression. Une chanson pour ma mère est une catastrophe de comédie. Tout ce qu'on peut faire de pire. Un scénario qui tient sur un post-it, des personnages lourds, des acteurs pas vraiment investis voire mauvais, une mise en scène chancelante... Un zéro pointé.

 

Le film se veut drôle, il tape toujours à côté, que ce soit avec ses blagues sans saveurs ou ses situations faussement comiques. Mais il se veut aussi émouvant et c'est peut-être là qu'il est le plus pathétique en ne parvenant jamais à nous faire aimer cette famille malgré la situation dramatique qu'elle vit.

 

Un dernier mot sur Dave, qui s'est révélé bien pire acteur que chanteur (si si c'est possible) et ne se moque finalement que très peu de lui même. Dommage, c'était la seule façon de sauver le film.

 

Un désastre complet à éviter absolument.

 

 
Les autres films en quelques mots


20 ans d'écart  Une comédie française plutôt réussie qui sort du lot grâce à ses deux interprètes principaux Virginie Efira et Pierre Niney.

 
Hansel & Gretel : Witch Hunters  Une comédie fantastique généreuse mais qui se perd dans tous les genres qu'elle aborde. Dommage.
 
Spring Breakers  Une expérience plus qu'un film qui laisse le spectateur monter sa propre histoire. À voir absolument !


The Sessions  Un petit film indépendant qui traite d'un sujet peu abordé au cinéma : la sexualité des handicapés. Agréable mais dispensable.


Le Monde fantastique d'Oz  Un film pour enfants très réussi, dommage qu'il ait été mal vendu.
 
Cloud Atlas  Pas le chef d'oeuvre ni le désastre annoncé par beaucoup. Juste un très bon divertissement SF.
 
40 ans : mode d'emploi  Le meilleur Apatow selon moi, tout simplement.
 
The Place Beyond the Pines  Plus longuet et moins fort que Blue Valentine, il vaut quand même le coup d'oeil.


Warm Bodies  Un film pour ado avec une idée de base géniale mais mal exploitée.
 
Jack le chasseur de géants  Un divertissement agréable mais vite oublié.


G.I. Joe : Conspiration  Un blockbuster fourre-tout pour spectateurs peu exigeants.
 
Stories we tell  L'histoire familiale de Sarah Polley racontée par elle-même. Intime, touchant, juste. 

 


Côté casting


L’acteur/actrice du mois : Pierre Niney dans 20 ans d'écart (Révélation française en 2012, confirmation en début 2013. Un acteur drôle et émouvant).
 
La révélation du mois : Maude et Iris Apatow dans 40 ans : mode d'emploi (OK les gamines pouvaient être à l'aise entourées de Papa et Maman sur le film mais avouons que leur capital sympathie est au plus haut).
 
La tête à claque du mois : Eva Mendes dans The Place Beyond the Pines (J'ai eu l'impression que Bradley Cooper était un bon acteur en la voyant à côté).

 


On dit merci au mois de Mars et on met un petit coup de pression à Avril. Pour être à la hauteur, ça va pas être simple. Pour ça, il va pouvoir compter sur le dernier Soderbergh (Effets secondaires) dont j'ai entendu le plus grand bien, sur l'adaptation de L'écume des jours par Gondry ou sur le retour de Robert Downey Jr dans la peau de Tony Stark. Au mois prochain !

Partager cet article

Repost 0

commentaires