Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 10:30

20529690.jpg

 

Printemps 1922. L'époque est propice au relâchement des mœurs, à l'essor du jazz et à l'enrichissement des contrebandiers d'alcool… Apprenti écrivain, Nick Carraway quitte la région du Middle-West pour s'installer à New York. Voulant sa part du rêve américain, il vit désormais entouré d'un mystérieux millionnaire, Jay Gatsby, qui s'étourdit en fêtes mondaines, et de sa cousine Daisy et de son mari volage, Tom Buchanan, issu de sang noble. C'est ainsi que Nick se retrouve au cœur du monde fascinant des milliardaires, de leurs illusions, de leurs amours et de leurs mensonges.

 

Pas de Festival de Cannes pour moi mais presque le sentiment d'y être en découvrant certains films en même temps que les festivaliers. C'est le cas de ce Gatsby, film d'ouverture de la quinzaine, et qui est sorti en même temps dans tous les cinémas français. L'attente autour du film est montée crescendo depuis quelques mois. Il faut dire que le casting fait rêver et que la bande annonce est plutôt réussie. Il n'en fallait en tout cas pas plus aux amateurs de Lhurmann pour attendre un film du niveau de Moulin Rouge (le meilleur film du réalisateur australien jusqu'à présent).

 

Je ne vais pas vous mentir, je n'ai jamais réussi à rentrer véritablement dans ce film. La faute principalement au personnage principal (même si il n'est pas le coeur de l'histoire), Nick Carraway, interprété par l'insupportable et sans envergure Tobey Maguire. Une première faute qui rendra la première demi heure compliquée. Ça s'arrange avec l'arrivée de DiCaprio, comme toujours très bon, et le focus sur son histoire avec Daisy, un personnage assez antipathique, que Carey Mulligan arrive à rendre légèrement plus plaisant.

 

Baz Lhurmann a un vrai talent, qu'on peut encore une fois constater dans Gatsby : il sait parler d'amour tragique, ça nous touche à tous les coups. Les plus belles scènes de Gatsby, on les doit à ces moments intimes entre Gatsby, Daisy et Nick, le cousin et narrateur qui n'est jamais loin. Malheureusement, elles ne sont pas assez nombreuses et l'ennui pointe le bout de son nez assez régulièrement.

 

On attendait beaucoup de folies de ce film. Les fêtes et délires de Gatsby, bien que plaisants, sont loin d'être à la hauteur de nos attentes. Le niveau de Moulin Rouge n'est pas atteint. N'est pas Satine et Christian qui veut.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires