Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 10:57

19824192.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111005_024506.jpg

 

Nathalie a tout pour être heureuse. Elle est jeune, belle, et file le parfait amour. La mort accidentelle de son mari va couper son élan. Pendant des années, elle va s'investir dans son travail, se sentir en parenthèse de sa vie sensuelle. Mais subitement, sans qu'elle comprenne vraiment pourquoi, elle embrasse un de ses collègues. Markus, un homme très atypique. S'ensuit alors la valse sentimentale de ce couple hautement improbable qui va susciter interrogation et agressivité au sein de l'entreprise.


 Voilà un film bien difficile à juger, qui bénéficie certainement d'autant de qualités que de défauts. 


La bonne surprise du film pour moi s'appelle François Damiens. Un humoriste dont je ne suis pas vraiment friande et qui est ici vraiment convaincant. À ses côtés, Audrey Tautou est pleine de charme, comme d'habitude, dans un rôle qui lui va comme un gant. Le casting est un plus, c'est certain. 


Au niveau du scénario, comment ne pas être touché par l'histoire de cette jeune veuve qui s'ouvre de nouveau à quelqu'un ? Même si on peut effectivement pointer du doigt son manque d'originalité, cette histoire vue et revue est une belle leçon de vie. 


Le gros défaut du film c'est qu'il s'agit d'un premier film. Les maladresses de mise en scène, les problèmes de rythme, l'histoire souvent trop racontée (qui renvoie directement au livre) nous refroidissent un peu. 


C'est dommage, car cette délicatesse bercée par les mélodieuses chansons d’Emilie Simon a de quoi séduire.



Repost 0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 22:56

Golden-Globes-2012-les-nominations-series_image_article_pay.jpg

 

Tout juste un mois avant la fameuse cérémonie des Golden Globes (qui sera de nouveau présentée par le turbulent Ricky Gervais) déboulent les nominations. C'est donc fort logiquement, que les nommés aux Golden Globes ont été dévoilés vendredi dernier.

On peut s’étonner devant l’absence de The Tree of Life et Melancholia. Pour le reste, il n’y a pas de grosses surprises mais le choix ne va pas être simple pour autant.

Allez, rentrons dans le vif du sujet. Voici la liste complète des nominations, mes petits commentaires et mes pronostics. Vous ne m'en voudrez pas, mais je ne m'occupe pas des séries :).

En vert, c'est celui qui l’emportera selon moi et en violet c'est celui que j’aimerais voir gagner si il est différent.


Meilleur Film dramatique 

 

The Descendants - La couleur des sentiments - Hugo Cabret - Les marches du pouvoir 

Le Stratège - Cheval de guerre 


Mon avis : Sur les six films nommés, je n’en ai vu que quatre, The Descendants et Cheval de Guerre n’étant pas sortis chez nous, il est donc difficile de me prononcer sur ces deux films. Néanmoins, les premiers échos du film de Spielberg sont plutôt bons et son sujet en fait mon gagnant logique. Les marches du pouvoir ne mérite certainement pas sa place dans cette catégorie, Le Stratège et La couleur des sentiments ne sont pas des grands films non plus. Reste Hugo Cabret, qui est bien sûr mon chouchou mais je pense que les avis sur le film sont trop partagés pour qu'il ait sa chance.

 


Meilleur comédie ou comédie musicale


The Artist - Mes meilleures amies - 50/50 - Minuit à Paris - My week with Marylin


Mon avis : Et voilà, premier Cocorico ! The Artist est nommé ! Et d’ailleurs, sans faire ma chauvine, je le vois très bien l’emporter ici, même si je rêverais que Mes meilleures amies triomphe, mais je crois bien que c’est mission impossible. Pour les trois autres films, je suis assez étonnée de voir My week with Marilyn dans cette catégorie, à la vue des premières images, je n’avais pas franchement l’impression que c’était une comédie, mais d'accord… 50/50 n’a à mon avis aucune chance, le joli Minuit à Paris de Woody Allen peut-être un chouia plus. La victoire se jouera entre The Artist et My week with Marylin mais évidemment, je vote français :).



Meilleur acteur dans un drame


George Clooney dans The Descendants - Leonardo DiCaprio dans J. Edgar -Michael Fassbender dans Shame  Ryan Gosling dans Les marches du pouvoir -Brad Pitt dans Le Stratège


Mon avis : Alors là, c’est franchement difficile de trancher, c’est sans doute la catégorie où c’est le plus difficile d’ailleurs. Je me lance quand même. N’ayant pas vu The Descendants, je peux difficilement voter pour Clooney, qui ne fait en plus pas partie de mes acteurs favoris. Je ne comprends pas encore tout à fait l’engouement que suscite Fassbender, même si j’avoue qu'il est plutôt bon dans Shame. Néanmoins, ça ne suffira pas pour en faire mon chouchou ou mon favori. Si Gosling avait été nommé pour Drive, j’aurais sans doute voter pour lui, mais je ne le trouve pas aussi percutant dans Les marches du pouvoir. Gosling, c’est pas pour cette fois. Enfin, il reste les deux plus solides prétendants : Pitt et DiCaprio. Si Le Stratège reste un film plaisant, c’est surtout grâce à lui : Brad Pitt c’est mon coup de cœur de la catégorie. DiCaprio, dur de juger, sachant que le nouveau film d’Eastwood ne sort que le mois prochain en France mais ça sent bon pour Leo, c’est un rôle à prix. Il part favori.

 


Meilleure actrice dans un drame


Glenn Close pour Albert Nobbs -Viola Davis pour La couleur des sentiments - Rooney Mara pour Millénium   Meryl Streep pour La dame de fer - Tilda Swinton pour We need to talk about Kevin


Mon avis : La trop jeune Rooney Mara est déjà out. Viola Davis, bien que sa jolie performance soit à saluer ne fera certainement pas le poids non plus face aux 3 autres grandes dames tellement habituées à recevoir des prix. Alors Glenn Close, Meryl Streep ou Tilda Swinton ? Je vote Meryl Streep, qui est sans doute ma préférée des trois et qui bénéficie en plus d’un rôle à prix.

 


Meilleur acteur dans une comédie ou comédie musicale


Jean Dujardin pour The Artist - Brendan Gleeson pour L'Irlandais - Joseph Gordon-Levitt pour 50/50              Ryan Gosling pour Crazy, Stupid, Love - Owen Wilson pour Minuit à Paris


Mon avis : Jean Dujardin devrait logiquement l’emporter sur ses concurrents. Même si j’avais été agréablement surprise par son interprétation, Wilson est selon moi hors course. Gosling, bien que terriblement séduisant dans ce film, ne fera pas le poids face à une star du muet. Peut-être que le jeune cancéreux campé par Gordon-Levitt pourrait venir gâcher la fête mais je ferais un scandale si jamais ça devait arriver. Quant à Gleeson, difficile de se prononcer, n’ayant pas vu le film.



Meilleure actrice dans une comédie ou comédie musicale


Jodie Foster pour Carnage - Charlize Theron pour Young Adult - Kristen Wiig  pour Mes meilleures amies  Michelle Williams pour My week with Marilyn - Kate Winslet pour Carnage


Mon avis : Aaah que j’aimerais voir Kristen Wiig brandir ce trophée… Malheureusement je n’y crois pas trop au regard de ses adversaires. Winslet et Foster, impeccables toutes les deux dans le film de Polanski ont une adversaire très dangereuse ; Michelle-Marilyn-Williams, que je vois gagner relativement aisément dans cette catégorie.

 


Meilleur acteur dans un second rôle


Kenneth Branagh dans My week with Marilyn - Albert Brooks dans Drive - Jonah Hill dans Le Stratège         Viggo Mortensen dans A dangerous method - Christopher Plummer dans Beginners


Mon avis : Je ne crois pas aux chances de Plummer qui ne m’a laissé aucun réel souvenir dans Beginners. J’aimerais voir Jonah Hill gagner mais ça me parait quelque peu compliqué. Je mise plutôt sur Albert Brooks ou Kenneth Branagh.

 


Meilleure actrice dans un second rôle


Bérénice Bejo dans The Artist - Jessica Chastain dans La couleur des sentiments - Janet McTeer dans Albert Nobbs - Octavia Spencer dans La couleur des sentiments - Shailene Woodley dans The Descendants


Mon avis : Jessica Chastain est incroyable dans La couleur des sentiments et cette récompense viendrait couronner une magnifique année pour elle. Malgré tout, j’ai peur qu’elle ne remporte pas le gros lot. Je ne pense pas non plus que Bejo puisse décrocher le pompon, elle m’a plutôt agacé dans The Artist. Reste trois prétendantes. Peut-être Janet McTeer, un peu au hasard c’est vrai, car je n’ai pas vu le film.

 


Meilleur réalisateur


Woody Allen pour Minuit à Paris - George Clooney pour Les marches du pouvoir - Michel Hazanavicius pour The Artist - Alexander Payne pour The Descendants - Martin Scorsese pour Hugo Cabret


Mon avis : Mon cœur bat fortement pour Scorsese et son très réussi Hugo Cabret, tout simplement parfait techniquement. Mais mais mais, je ne crois pas qu’il l’aura, voilà, même si ça me parait terriblement injuste. George Clooney et ses faiblardes marches du pouvoir peut également rentrer chez lui. Payne et Allen ont leur chance mais je vois plutôt le français Hazanavicius gagner ici (oui oui oui, j’y crois).



Meilleur scénario


The Artist - The Descendants - Les marches du pouvoir - Minuit à Paris -Le Stratège


Mon avis : Je trouve la catégorie un peu faible. Non pas que tous les films soient mauvais mais tout simplement leurs scénarios n’ont rien d’extraordinaire… C’est donc sans hésitation que je vote pour Minuit à Paris. Et j’espère bien qu’il remportera la mise.



Meilleure musique 


Hugo Cabret (Howard Shore) – Cheval de Guerre (John Williams) – W.E. (Abel Korzeniowski)                    Millenium (Trent Reznor & Atticus Ross) – The Artist (Ludovic Bource)


Mon avis : N’ayant vu que deux sur les cinq films nommés dans cette catégorie, il est difficile de trancher. J’ai beaucoup aimé la musique d’Hugo Cabret mais je pense qu’un film très musical comme The Artist devrait logiquement gagner.

 


Meilleur film d’animation


Les aventures de TintinLe Chat PottéCars 2RangoMission : Noël Les aventures de la famille Noël


Mon avis : Et voilà, Kung Fu Panda 2 n’est même pas nommé alors qu’il s’agit de mon film d’animation préféré de cette année 2011. Passons sur cette petite déception. Dreamworks est tout de même représenté par son mauvais Chat Potté. Pixar va, pour une fois, rendre sa couronne à cause du très tiède accueil réservé à Cars 2. Mission : Noël, sympathique conte du mois de décembre, n’a pas l’étoffe d’un gagnant. Rango ou Les aventures de Tintin ? ça se jouera vraisemblablement entre ces deux-là. Spielberg devrait tout de même remporter la course.

 


Meilleur film en langue étrangère


La Piel que HabitoLe Gamin au véloAu pays du sang et du mielThe Flowers of WarUne Séparation


Mon avis : Aie, j’ai seulement vu un film sur cinq. Pour le coup, c’est vraiment dur de juger. Je dis Une Séparation, un peu au hasard...

 


Treize catégories passées au crible. Mon objectif est d'atteindre les sept bonnes réponses. On en reparle le 16 janvier !

Repost 0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 13:22

19846315.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111110_122757.jpg

 

Dans le Paris des années 30, le jeune Hugo est un orphelin de douze ans qui vit dans une gare. Son passé est un mystère et son destin une énigme. De son père, il ne lui reste qu’un étrange automate dont il cherche la clé - en forme de cœur - qui pourrait le faire fonctionner. En rencontrant Isabelle, il a peut-être trouvé la clé, mais ce n’est que le début de l’aventure…


Martin Scorsese s'attaque au conte de Noël pour enfants. Assez étonnant, n'est-ce pas ? Pas tellement car ce film n'est finalement qu'un prétexte pour rendre hommage au 7ème art et plus particulièrement à un de ses célèbres protagonistes. C'est d'ailleurs la seule chose qu'on pourra réellement reprocher à cet Hugo Cabret : de ne pas avoir été tout à fait honnête avec son public. 


Je n'ai donc pas été très étonnée de voir quelques personnes quitter la salle au cours du film ni d'en voir d'autres piquer du nez à divers moments. Le film promet une chose et en offre une autre. Pour moi ça a été une belle surprise mais j'imagine et je comprends que pour d'autres la donne ne soit pas tout à fait la même.


Hugo Cabret est et restera sans doute un magnifique moment de cinéma pour moi. Un enchantement autant sur le fond que sur la forme. J'ai été époustouflée par les décors, la mise en scène, la musique, la 3D (incroyablement réussie) et émue par l'histoire de ce petit garçon qui cherche un nouveau sens à sa vie après la perte de son père. C'est dans sa quête qu'il rencontrera Isabelle et son papa George, vendeur de jouets.


Ce George a un nom connu : Méliès. Si ça ne vous parle pas beaucoup, renseignez-vous un peu avant d'aller voir le film sinon vous risquez de faire vous aussi partie de ces spectateurs qui s'endorment et/ou qui quittent la salle un peu prématurément. Et croyez-moi, c'est dommage de passer à côté de ce film.


En ce 15 décembre 2011, alors que mon Top Cinéma de l'année était presque bouclé, Hugo Cabret vient tout chambouler mais il serait malvenu de s'en plaindre :).



 

Repost 0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 13:44

19804702.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110831_050627.jpg

 

Dans un jardin public, deux enfants de 11 ans se bagarrent et se blessent. Les parents de la "victime" demandent à s'expliquer avec les parents du "coupable". Rapidement, les échanges cordiaux cèdent le pas à l'affrontement. Où s'arrêtera le carnage ?


Comme tous les films de Polanski, Carnage était un peu attendu. D'autant plus qu'il a su s'entourer d'un très beau casting et qu'il bénéficie d'un scénario ne pouvant que le servir et le mettre en valeur. 


Le problème de Carnage selon moi, c'est qu'il s'agit de l'adaptation d'une pièce de théâtre. Le film a beau ne durer qu'une heure et vingt minutes, j'ai eu l'impression que trois heures s'étaient écoulées... L'ennui nous gagne progressivement. J'ai pourtant souri, même ri devant les talents comiques de Foster, Reilly, Winslet et Waltz.


Je pense que l'adaptation cinématographique d'une pièce de théâtre a malheureusement ses limites. Le fait que l'action se déroule dans une seule et même pièce finit automatiquement par nous ennuyer et ce malgré la qualité des dialogues et des interprètes.


Alors, oui, le film est totalement réussi, mais je n'adhère pas ou plus au concept du film issu de pièce de théâtre qui me frustre plus qu'autre chose.



 


Repost 0
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 17:41

19841064.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111102_124145.jpg

 

Le film aborde de manière très frontale la question d'une addiction sexuelle, celle de Brandon, trentenaire new-yorkais, vivant seul et travaillant beaucoup. Quand sa sœur Sissy arrive sans prévenir à New York et s'installe dans son appartement, Brandon aura de plus en plus de mal à dissimuler sa vraie vie...


Shame faisait sans aucun doute partie des films que j'attendais le plus en cette fin d'année 2011. Son sujet, son casting, son réalisateur, même son affiche appelaient à un grand film. 


Et bien voilà, comme souvent quand j'attends trop un film, j'ai été un peu déçue. Le film ne m'a pas fait l'effet d'un coup de poing même si, évidemment, on est souvent très mal à l'aise devant l'histoire qui nous est contée.


C'est très bien réalisé, très bien interprété (je ne suis néanmoins pas encore accro à Fassbender, comme tant d'autres), très bien accompagné musicalement parlant... C'est irréprochable, et d'ailleurs je n'ai pas décroché une seule seconde mais voilà, je m'attendais à plus. Je voulais être bouleversée et j'ai simplement été remuée. 


Si j'essaye de vraiment trouver une bonne raison à cette frustration, au delà de ma trop grande attente, je dirais certainement qu'on peine un peu trop à s'attacher aux personnages. La froideur de la mise en scène atteint les personnages et, nous aussi, on reste assez froid devant tout ce qu'il leur arrive.


Shame reste un bon film, même si il n'est pas à la hauteur de la réputation que je lui avais plus ou moins moi-même taillé.


 


Repost 0
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 13:56

19837253.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111026_125926.jpg

 

En Bretagne, la nuit d'Halloween. Lucie Clavel et deux copains décident sur un coup de tête de cambrioler la maison de Deborah Jessel, une professeur de danse classique, aujourd’hui centenaire énigmatique plongée dans le coma. Durant cette nuit tragique et fantastique, Lucie perse le mystère de cette maison et le secret de Deborah Jessel.


Allez, faites un petit effort, rembobinez jusqu'en juin 2007 et rappelez-vous de la sortie en salle d'À l'intérieur, le premier long métrage de Julien Maury et Alexandre Bustillo, sensation gore made in France de l'année. À l'intérieur avait réveillé avec brio un cinéma de genre français en panne d'inspiration tout juste un an avant la sortie de l'inoubliable Martyrs


Plus de quatre ans après, le tandem revient avec Livide, son deuxième long interdit aux moins de 12 ans "seulement". Résolument moins sanglant, le film joue davantage sur l'ambiance que sur les images pour foutre la frousse à ses spectateurs en quête de frissons.


Je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps : Livide est mauvais. J'étais pourtant une proie facile : une fille seule au cinéma se cachant les yeux à la moindre note de musique un peu trop aigue, c'était du tout cuit non ? Il faut croire que non…


Le film oublie la scène d'introduction choc du film d'horreur, certes clichée mais nécessaire. Les 40 premières minutes sont pénibles, très très pénibles (comprendre longues), il ne se passe rien. Si seulement les acteurs étaient bons, mais ils sont lamentables (les gars, retournez à LOL) tout comme les dialogues qui sonnent systématiquement faux.


Alors d'accord, les décors sont flippants, la musique efficace et on arrive à dénicher deux ou trois effets réussis mais tout ça arrive bien trop tard et le spectateur, si il n'a pas déjà quitté la salle (ce que je n'étais pas loin de faire), est déjà convaincu que le film est nul. 


Je n’avais pas compris que le titre se rapportait à l'état final du spectateur.




Repost 0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 10:42

19834029.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111020_054956.jpg

 

Comment le Père Noël fait-il pour apporter tous les cadeaux, à tous les enfants du monde, en une seule nuit ? 
Qui ne s’est jamais posé cette question ? Voici la réponse : il s’agit d’une opération secrète impliquant une technologie de pointe, soigneusement préparée dans une région secrète du pôle Nord… Pourtant, cette fois, un grain de sable va mettre la magie en danger. Un enfant a été oublié ! 


Cette année, j'ai à peine eu le temps de me rendre compte que l'été était terminé que voilà déjà le mois de décembre qui débarque. J'attends toujours les fêtes avec beaucoup d'impatience mais, cette fois-ci, je ne suis pas vraiment dedans. Ou du moins pas encore. C'est un peu pour me mettre dans l'ambiance "Merry Christmas and Happy New Year" que je me suis décidée à aller voir Mission : Noël


Le film est sorti de façon très discrète chez nous, pourtant, il arrive à remplir les salles. C'était encore le cas ce dimanche après-midi. Une salle comble, pleine de parents accompagnés de leurs enfants : le BONHEUR... 


Les 10 premières minutes du film sont magiques, à la fois émouvantes et drôles. J’ai bien cru que j'allais de nouveau croire au Père Noël en sortant du cinéma. Mais malheureusement, le rythme s'essouffle rapidement et le film se concentre sur son personnage principal, Arthur, débordant de naïveté et donc particulièrement agaçant. Un personnage taillé sur mesure pour les petits bouts de pas plus de 5 ans. 


Allez, malgré tout, j'ai envie de recommander ce dessin animé plein de bons sentiments. Ce n'est pas l'essentiel en cette période de fêtes (et de crise) ?



Repost 0
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 17:25

19830350.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111017_112620.jpg

 

C’était bien avant que notre mythique Chat Potté ne croise la route de Shrek… Le légendaire félin, et non moins redoutable amant, s’était alors embarqué dans un périple riche en rebondissements, avec la ravissante et rusée Kitty Pattes de Velours et Humpty Alexandre Dumpty, véritable "cerveau" de l’opération. Leur objectif : s’emparer de la fameuse Oie aux Œufs d’Or pour sauver la ville où le Chat Potté a grandi.


Comme beaucoup, des 4 volets Shrek, le second est mon préféré, et je sais que c'est en grande partie grâce à l'arrivée du Chat Potté, le chat rouquin le plus mignon du monde. Dreamworks a vite compris qu'il fallait offrir au félin sa propre aventure. La voilà.


Bonne nouvelle, je suis toujours aussi fan du personnage. Mais ses nouveaux compagnons sont bien moins drôles et percutants que Shrek, l'âne (même si tout le monde le déteste, on peut au moins lui accorder le fait d'être mémorable) ou Ti' Biscuit : Humpty, l'oeuf, en plus d'être particulièrement laid, rentre dans la case surexploitée du méchant/gentil/méchant/gentil, quant à Kitty, la jolie chatte noire aux pattes de velours, le personnage n'est absolument pas creusé.


Niveau blagues et jeux de mots, l'humour de Shrek me parait fort fort lointain. Toutes les trouvailles sympas sont réunies dans la bande annonce, ne vous attendez donc pas à mieux. 


Permettez-moi de ne pas développer sur la 3D, qui ne sert toujours à rien (la pub M&M's avant le film était tout de même bien sympa mais ça fait cher la paire de lunettes).


Un film globalement raté, j'ai même fini par m'ennuyer. Dommage car ce Chat Potté méritait un bien meilleur traitement. 



Repost 0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 15:20

19816066.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110921_120854.jpg

 

Un esprit gagne une deuxième chance de vivre à condition d'apprendre de ses erreurs. Il renait dans le corps de Makoto, un élève de 3ème qui vient de mettre fin à ses jours. L'esprit doit endurer la vie quotidienne de cet adolescent mal dans sa peau. Avançant à tâtons, s'efforçant de ne pas reproduire les fautes de Makoto, il va finalement découvrir une vérité qui va bouleverser son existence.


Il y a des films qu'on voit dans de mauvaises conditions. Colorful en fait partie. Je suis arrivée dans une salle presque vide, je me suis installée dans un fauteuil un peu trop confortable. Ma journée de travail s'est vite fait ressentir et j'ai instantanément eu envie de dormir. J'ai passé la première partie du film à lutter contre mes paupières tombantes. Autrement dit, j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans le film, ce qui a gâché ma vision de l'ensemble. 


Malgré tout, j'ai pu reconnaître des qualités indéniables : un scénario intéressant (même si j'ai parfois été agacée par le trop plein de larmes), un graphisme soigné (en témoigne la très jolie affiche), des décors détaillés et une fin magnifique qui transforme ce simple dessin animé en un film bien plus important. Une bonne petite claque, qui nous remet à notre place.


Je suis ressortie de la salle avec beaucoup de regrets. Ce n'est jamais agréable d'avoir l'impression d'être passé à côté de quelque chose de bien. Un beau film qui méritera d'être revisionné plusieurs fois.



Repost 0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 14:45

19812336.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110914_053635.jpg

 

Une famille de femmes que la vie a souvent bousculée mais qui est parvenue avec le temps à apprivoiser les tumultes. Les hommes ont peu de place dans cette vie et naturellement quand l'une d'entre elle tombe amoureuse tout vacille. L'équilibre est à redéfinir et tout le monde s'y emploie tant bien que mal. Mais le destin ne les laissera souffler que peu de temps avant d'imposer une autre réalité. La famille devra alors tout réapprendre. La mécanique de l'adoption devra à nouveau se mettre en marche forçant chacun à prendre une nouvelle place...


Mélanie Laurent touche à tout, et pas forcément avec une grande humilité. Mélanie Laurent agace. C'est donc non sans aprioris que je me suis décidée à aller voir son premier long métrage en tant que réalisatrice. J'étais à la base sceptique, et puis j'ai regardé la bande annonce, qui m'avait bluffé, aidée par la chanson I might float de Syd Matters (une de mes préférées de leur dernier album Brotherocean).


La première partie du film est totalement réussie. Mélanie Laurent a des idées de mise en scène plutôt bonnes et nouvelles et elle a su choisir un casting osé (des noms peu connus à part le sien) mais réussi. Marie Denarnaud est une actrice française à suivre. L'autre bonne surprise, c'est Mélanie Laurent elle-même. Son jeu d'actrice avait de quoi nous laisser de marbre depuis quelque temps (remember Inglorious Basterds), elle est ici parfaite. 


Malheureusement, le film sombre à partir du moment "clé" (si vous regardez la bande annonce, vous comprendrez). Les longueurs s'installent, et tout ce qui nous avait plu dans la première partie du film nous parait maintenant un peu lourd et indigeste. Certains des essais de Mélanie Laurent sont complètement loupés (cette scène où Alex voit flou m'a donné mal au crâne) et on ne comprend pas bien l'intérêt d'un nombre important de scènes...


Néanmoins, le film se clôt sur un moment très émouvant, avec en fond, la chanson de Syd Matters déjà entendue dans la deuxième partie de la bande annonce et qui colle si bien au film. 


Un premier film imparfait mais terriblement sincère et attachant. 




Repost 0